Partagez vos souvenirs des Fêtes des Vignerons Vers le site de la Fête des Vignerons
logo

1er- 14 AOÛT 1955 : LE LÉGENDAIRE MESSAGER CONQUIERT LA SUISSE

«La Fête des Vignerons doit garder son double caractère de fête du travail et de spectacle de haute valeur artistique […], comme ses devancières elle doit laisser, aux spectateurs comme aux figurants, un souvenir de lumineuse beauté et de communion de tout le peuple.» Manual 9, 31.7.1952

La Fête que l’Abbé Gétaz avait rêvée dès 1944 et qu’il voyait comme l’émanation même de l’art populaire vaudois, se révélera être la Fête la plus cosmopolite jamais organisée à Vevey.

UNE FÊTE DES VIGNERONS SE JUSTIFIE-T-ELLE ENCORE?

La Deuxième Guerre mondiale avait-elle réussi à faire oublier aux Suisses, et aux Veveysans surtout, ce qu’était la Fête des Vignerons ? Le danger était réel. En deux décennies, marquées par une profonde crise économique et une guerre, le monde avait changé. Au milieu des années cinquante, les gens s’étaient accoutumés à avoir des loisirs et à pouvoir choisir parmi de nombreux spectacles. Radio, cinéma et même télévision faisaient dorénavant partie du quotidien. Dans ce nouveau contexte, la Fête des Vignerons trouverait-elle encore sa place ? Les Conseillers hésitaient, mais tentaient de se persuader que le gigantesque effort financier demandé par l’organisation d’une nouvelle Fête en vaudrait la peine.

OUVERTURE SUR LE MONDE

Il était cependant impossible de n’y intéresser que la Suisse romande. Il fallait attirer les Alémaniques et les étrangers à Vevey. La stratégie fut double : une propagande extérieure importante d’une part et le choix d’artistes internationaux d’autre part. Aux deux Vaudois Carlo Hemmerling et Géo-H. Blanc, garants de l’authenticité romande de la manifestation, l’on adjoint le Français Maurice Lehmann, administrateur de la Réunion des Théâtres lyriques nationaux de Paris, pour la direction artistique, et le Zurichois Oscar Eberlé pour la mise en scène. On fait appel à la Garde Républicaine de Paris, à trois danseurs étoiles de l’Opéra de Paris, à des chanteurs professionnels… Jamais la Fête des Vignerons n’avait été aussi ouvertement tournée vers l’extérieur : on tente «… de faire de la fête vaudoise un spectacle de portée internationale » (Oscar Eberlé). Elle fut éblouissante, «professionnelle», d’une haute tenue artistique, mais d’aucuns regrettèrent la perte d’une certaine authenticité vaudoise face à cette présence massive d’aides étrangères.

LE MESSAGER BOITEUX

Dans ce contexte, l’apport du Messager boiteux est des plus significatifs. Dans un monde où les valeurs traditionnelles se voient bouleversées, Samuel Burnand, qui redonna véritablement corps au légendaire messager veveysan en troquant sa prothèse contre un pilon en bois, symbolise à lui seul l’attachement de la cité à sa tradition festive. Héraut de la Fête, il porta la bonne nouvelle de la proclamation jusqu’à Berne où il était chargé d’inviter les autorités fédérales. Il revint de Berne à Vevey à pied dans un parcours triomphal.

LA FÊTE DES VIGNERONS EST UN SUCCÈS

Après des débuts hésitants, les arènes n’étant pas entièrement pleines, la Fête des Vignerons connut un succès spectaculaire. L’on se pressa à Vevey des quatre coins de la Suisse… et du monde. Des représentations supplémentaires durent être organisées afin de répondre à l’enthousiasme des spectateurs. En 1955, les nouvelles techniques d’éclairage permirent d’organiser pour la première fois des représentations nocturnes

 SPECTACLE

Abbé-Président: David Dénéréaz
Mise en scène: Oscar Eberlé
Musique: Carlo Hemmerling
Livret: Géo H. Blanc
Costumes: Henri-Raymond Fost
Chorégraphie: Nicolas Zwereff
Directeur artistique: Maurice Lehmann, administrateur de la Réunion des Théâtres lyriques nationaux, Paris

VIGNERONS COURONNÉS

Alfred Isoz
Louis Chassot
Charles Perrottet et fils
Adrien Genet-Porchet (décédé, ce fut sa veuve qui fut couronnée en sa mémoire), ainsi que 44 vignerons primés et distingués

ARÈNES ET DÉCORS

Amphithéâtre ovale (cycle fermé sur lui-même des quatre saisons toujours recommencées), escalier scénique côté lac qui conduit à un portique à 3 espaces, réservé aux divinités (Olympe), au-dessus duquel luisaient les emblèmes des dieux
Arènes: champ d’action des humains sur terre; il y a donc deux lieux pour dissocier le céleste et le terrestre
16 000 places
Costumes inspirés de la Fête de 1833, époque romantique

SPÉCIFICITÉS ET NOUVEAUTÉS

Vigne vivante dans l’arène: enfants portant des ceps Tableau du gel: lutte du vigneron contre le gel (Printemps)
Tableau des maladies: lutte contre les parasites (Eté), exécuté par un ballet professionnel
Les champs prennent vie: 150 enfants-sillons
Dionysos d’Hiver
Cérès est avec Phoebus et ses rayons, les «archers du soleil»
3 danseurs étoiles de l’Opéra de Paris: Michel Renault, Nina Wyroubova, Max Bozzoni et un ballet professionnel suisse
Des chanteurs professionnels (Grands Prêtres, Grande Prêtresse, semeur)
Harmonie de la Garde Républicaine, Paris
Représentations nocturnes sous le feu des projecteurs
Les figurants n’affluent plus dans l’arène dès le prologue comme ce fut le cas de 1797 à 1927

LA FÊTE EN CHIFFRES

3857 figurants
11 représentations
2 cortèges de 5,2 km, 1 cortège de 3,2 km
Les places coûtent entre 10 et 70 francs
La Fête coûta 4 695 229 francs
Bénéfice: 1 204 927 francs
Capital de garantie: 1 271 500 francs

MESSAGER_BOITEUX

Samuel Burnand incarna le rôle du Messager boiteux lors de la Fête des Vignerons 1955
ARENES_1955
Telle une soucoupe volante, l’arène de la Fête des Vignerons 1955 semble s’être posée sur la Grande Place de Vevey

SCENE_AUTOMNE

Scène d’Automne : La roue du pressoir, Fête des Vignerons 1955
CERES_CHAR
Cérès sur son char, tiré par les légendaires boeufs spécialement élevés pour la Fête, durant le cortège de la Fête des Vignerons 1955
PREMIERE_NOCTURNE
En 1955, les progrès techniques permirent pour la première fois des représentations nocturnes.

PRINTEMPS_PALES

Scène du Printemps : Palès gravit les marches de l’escalier scénique, Fête des Vignerons 1955